[identity profile] shono-hime.livejournal.com posting in [community profile] dear_words_archive
Ma participation au dernier Arbre à drabbles de [livejournal.com profile] drakys, enfin postée !

Inception - Eames - PG-13


« Il faut prendre une décision, Monsieur Cobb. » lance la projection en armant son pistolet.

Eames sent le froid de l’acier contre sa tempe et soupire. Les projections d’Arthur sont toujours particulièrement vicieuses, comme si elles en voulaient à ce dernier de ne jamais se détendre.
Si seulement la petite fille ne lui avait pas fait brisé le genou ! Parfois, il se demande si le subconscient d’Arthur ne le déteste pas un peu... Cobb plisse les yeux et tire. La dernière pensée d'Eames concerne le nombre de fois où il est mort à cause d'une projection d'Arthur. Cinquante-huit.


Inception - Ariadne, Arthur, Eames, Yusuf - G


Tout ça, c’était la faute de Yusuf ! Même Ariadne n'arrivait pas dire le contraire. Le chimiste avait essayé un nouveau composant agissant sur l’oreille interne qui ne marchait pas comme prévu. Même trois heures après, Eames titubait encore.

Quand à Arthur, il n’avait pas bougé. L’immense tache de café sur sa chemise non plus. Pas plus que la tasse d'Eames, encore par terre.
Ce n'est que lorsqu'Arthur ôta sa chemise qu'Ariadne commença à avoir des soupçons. Surtout quand elle vit Eames glisser plusieurs billets au chimiste.

Mais ce n'était pas elle qui allait se plaindre de la vue !


Inception - Saito - PG-13


La vue du sang n’a jamais fait peur à Saito. Un homme de son statut ne peut pas se permettre de craindre le sang, même sous forme de tache s'étendant sur son torse. Son goût âcre, par contre, l’effraie. Il lui emplit la gorge, comme pour le noyer.

C’est réel.
Il a beau savoir que ça ne l'est pas, chaque inspiration laborieuse, chaque onde de douleur lui dit que tout ceci est réel. Et les cris autour de lui Cobb, Arthur lui disent la même chose.

Quand il baisse la tête, ses doigts sont rouges. Il prie pour se réveiller.


Inception - Eames - PG

« Ras le bol ! » s’énerva Eames en s'éveillant pour la cinquième fois. Jeté d'une voiture, cette fois.

Cobb se massait les tempes et Arthur, impassible, réglait l’appareil PASIV.
Leur client dormait.
Eames avait envie de lui coller une balle. Peu importait qu’il les paye grassement pour entraîner son esprit à résister à l’extraction.

« On recommence. » ordonna Cobb, ignorant le grognement d’Eames.

Arthur le repoussa dans son fauteuil. Eames retint l'envie de l'attirer à lui par sa cravate.

« On se concentre, le sermonna-t-il comme s'il lisait dans ses pensées. Allez, Mr Eames, au dodo ! »


Inception - Saito - G


L’expérience était fascinante. Saito avait été entraîné pour résister à l’extraction, il en connaissait les ficelles. Mais c’était autrement plus intéressant de regarder ces spécialistes travailler.

Cobb savait bien choisir ses hommes : l’organisateur, perfectionniste et professionnel à l’extrême, l’architecte, innocente et déterminée, le faussaire, suave et dangereux et le chimiste, humain et rêveur éveillé. Quand à l'extracteur lui-même, il était comme un train que l'on arrête pas.

C'est pourquoi il était amusant de voir ces professionnels se taquiner, comme des adolescents. Surtout quand ils semblaient tant s'amuser à tester la décharge sur Arthur, qui n'en finissait plus de tomber.


Yoko Tsuno - Pol - G


Son coeur n’était pas assez solide pour ça. Pol savait très bien ce qu’on disait “Ne regarde pas en bas” ou “contente-toi d’avancer”... Mais franchement, le pont de singe au dessus d’un abîme, avec juste une brume couvrante dessous, il n’était pas sûr que ce soit une bonne idée.

« Vas-y, Pol. Les indigènes nous ont assuré qu’il y avait une vue magnifique du piton en face.
— Et... c’est stable ? » demanda le roux en serrant les genoux pour ne pas en claquer.

Yoko le poussa gentiment en avant. S'il s'en sortait, il promettait de ne plus râler !


Original - Teddy - G


« Cinquante-huit, cinquante-neuf... Soixante ! Prêts ou pas, j’arrive ! » lance Teddy.

Il a compté jusqu’à soixante parce qu’il ne sait pas compter plus avant. Vincent a dit que ça irait et Luanne et Jakob ont dit d’accord, que c’est bien qu’il sache aller jusque là à son âge.

Il glisse sur la pointe des pieds dans le couloir. Il ne faut pas qu’ils sachent qu’il arrive ! Il passe devant le bureau de Papa (hors-jeu) et pousse la porte de la bibliothèque. Il entend des rires étouffés et s'avance vers eux, à pas de loup.
Dehors, il pleut.


Original - Teddy - G


Teddy l’avait rapidement compris : l’important, quand on mettait son nez où il ne fallait pas à l’école, c’était de courir vite et de savoir où se cacher. Avec deux gros bras à ses trousses, il fallait aussi savoir réfléchir vite. Il dérapa dans un couloir, ouvrit une porte menant à une salle de classe vide et se précipita vers une haute armoire au fond.

Ce n’était pas la première fois qu’il s'y cachait. Si ça continuait, il envisageait même de graver son nom à l’intérieur. Pour la postérité autant que pour la propriété, même si c'était pas très glorieux.


Original - Teddy - G

« Je vous crois sur parole, Monsieur Nightingale. Mais le juge va avoir besoin de preuves plus... convaincantes. »

Teddy hoche la tête et regarde sa montre. Son concert commence dans vingt minutes. Il rajuste son nœud papillon un peu nerveusement. Le problème d’être détective privé à temps partiel et de travailler avec des gens riches, c’est qu’ils vous retrouvent comme par hasard dans un opéra... même si vous faites partie de l’orchestre. Difficile même de se planquer dans les coulisses.

« Je suis sur le coup. Je vous demande juste un peu de patience… et d'apprécier le spectacle. »


Original - Masahiro et Susumu - G


« Figure-toi que j’en suis tout à fait capable ! » s’insurge Masahiro, les bras croisés, espérant avoir l’air mature et posé.

Susumu ricane et flanque un coup de coude à son grand frère. Ce dernier se contente de relever le menton.

« D'accord, Masa, insiste Susumu, puisque tu en es capable, va donc l’inviter au ciné ! »

L’objet de leur discussion, une élève de 1ère aux jambes tellement longues qu’elles donnent un tournis délicieux à Masahiro, ne semble s’apercevoir de rien. Susumu le pousse en avant.

« Et attention ! Essaie d’aligner plus de 3 syllabes ! »


Original - Dahlia (et Leander) - G


Dehors, il pleuvait, car on ne pouvait qualifier de neige ce crachin floconneux qui collait aux vitres du train. Dahlia regardait ses compagnons de voyage, s’efforçant de graver leurs visages dans sa mémoire, afin de pouvoir raconter tout ça à Cléome quand elle l’aurait retrouvé. Parfois, elle sortait son petit carnet et y notait quelques mots. Des impressions, des anecdotes, des pensées diverses. À cet instant, elle essayait de décrire l’adolescent à l’air maussade qui pressait son front contre la vitre en face d’elle. Il n'avait pas lâché plus de trois mots articulés.

Comment est-ce qu'on épelait "Grunt" déjà ?
From:
Anonymous( )Anonymous This account has disabled anonymous posting.
OpenID( )OpenID You can comment on this post while signed in with an account from many other sites, once you have confirmed your email address. Sign in using OpenID.
User
Account name:
Password:
If you don't have an account you can create one now.
Subject:
HTML doesn't work in the subject.

Message:

 
Notice: This account is set to log the IP addresses of everyone who comments.
Links will be displayed as unclickable URLs to help prevent spam.

Profile

Dear Words

December 2011

S M T W T F S
    123
45678910
11121314151617
18192021 222324
25262728293031

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 27th, 2017 06:52 pm
Powered by Dreamwidth Studios