[identity profile] shono-hime.livejournal.com posting in [community profile] dear_words_archive
Titre
: Retrouvailles
Auteur
: [livejournal.com profile] shono_hime
Fandom
: Harry Potter
Personnages/Couple
: Harry/Colin
Rating
: PG
Disclaimer
: Tout est à JK Rowling.
Note
: Ecrit pour [livejournal.com profile] kyurane pour [livejournal.com profile] ecrirepouraider. En retard, pardon Kyû ^_^ Tout est basé sur [livejournal.com profile] breves_hp, donc ça risque d'être un peu obscur pour les profanes, mais toi, ça devrait t'aller ! Bonne lecture ♥

Cette clochette qui signalait l'arrivée d'un client, Colin en rêvait parfois la nuit, tellement il l'entendait. Seulement, même dans ses rêves les plus fous, il n'aurait pas imaginé qu'il verrait un jour Harry Potter en pousser la porte. Harry.Potter. Harry, quoi ! Harry-qui-n'avait-pas-vraiment-été-son-petit-ami-mais-qu'il-avait-embrassé-plus-d'une-fois-pardon-Lavande ! C'était compliqué et ça ne s'était pas très bien terminé. Ce n'était la faute à personne, juste qu'Harry avait trop à faire avec ses propres soucis et la guerre et tout le reste. Et puis après la guerre... Il y avait eu Ginny, et Nott qui ne se remettait pas de la bataille et Malfoy en miettes à ses côtés, et Dennis et... Colin avait rendu sa baguette au Ministère sans même finir ses études, et il était rentré chez lui, chez ses parents, n'avait pas repris d'études et s'était fait embaucher un peu par miracle dans un magasin de photographie à la clochette entêtante.

Cinq ans plus tard, il regrettait la facilité qu'aurait pu lui offrir la magie dans sa vie de tous les jours, mais il regrettait encore plus son petit frère et ses erreurs à lui. Et parfois, Harry lui manquait. Beaucoup.
Mais de là à l'imaginer entrer dans sa boutique !

Par réflexe, il s'était dissimulé derrière un rayonnage, laissant Mason, son patron s'occuper du nouvel arrivant. Il était là par hasard, c'était évident, rien à voir avec lui, et d'ailleurs, pourquoi se montrer ? Pourquoi remuer le couteau dans les plaies d'Harry et dans les siennes, d'ailleurs ? Certainement qu'Harry était marié avec Ginny, qu'ils avaient des enfants adorables et au moins une qui s'appelait Lily, il l'espérait.

Il s'affaira maladroitement à ranger des pellicules sur un rayon, remettant machinalement en place les étiquettes, tout en s'efforçant de ne pas écouter, surtout pas, Harry parler avec Mason. Qu'est-ce qu'il pouvait vouloir ? Qu'est-ce qu'il cherchait, ici, dans un magasin du Sussex ?

Le grondement familier de la voix de Mason se tut et il fila en douce vers le fond du magasin, priant pour entendre très vite la petite clochette qui aurait signalé la fin de son calvaire. Il se baissa vers une caisse pour y récupérer du papier photo pour imprimante, à mettre en rayon, quand deux chaussures apparurent dans son champ de vision. Bêtement, il regarda le pied droit se lever et venir frotter contre le mollet gauche. Harry faisait ça, souvent, quand il était nerveux.

« Salut, Colin. »

Colin se redressa tellement rapidement qu'Harry fit un petit pas en arrière, visiblement surpris. Il avait toujours ses lunettes, et toujours la même manie de les remettre en place pour se donner une contenance. Non, Harry n'avait pas vraiment changé, il avait juste... grandi. Colin se tortilla un peu sur place, atrocement conscient qu'il n'avait pas tellement grandi pour sa part, ni évolué, d'ailleurs.

Le sourire qui effleura les lèvres d'Harry le força à retenir un couinement.

« Je suis content de te voir. Je... je te cherchais. »

Nouveau couinement réprimé. Colin avait espéré qu'après quelques années, ce genre de réaction gênante aurait disparu, mais c'était apparemment trop demander. Il déglutit, s'efforça de faire taire les questions qui lui traversaient l'esprit à grand renfort de hurlements mentaux et rendit son sourire à son... ami ? L'étaient-ils encore vraiment, après tout ce temps ?

« Moi aussi je suis content de te voir, même si je ne te cherchais pas ! Euh, pas que j'aie pas envie de te voir, évidemment, au contraire, ça fait plaisir, mais tu sais, je ne m'y attendais pas, même si j'en rêvais... Enfin, j'en rêvais, c'est une façon de parler, tu comprends, je ne passe pas vraiment toutes mes nuits à rêver de toi, ce serait gênant et franchement pathétique et par pitié, Harry, coupe moi la parole, je m'enterre, là ! »

Harry se mit à rire gentiment et, avec l'impulsivité qui le caractérisait, parce que Colin ne voyait que ça, le prit par la nuque pour déposer un baiser dans ses cheveux. Il fit un pas en arrière, par réflexe, trébucha légèrement mais réussit mettre suffisamment de distance entre eux pour éviter une syncope très mal venue.

Il détourna les yeux pour échapper au regard curieux de Harry et se frotta la nuque.

« Alors... Euh... Tu... me cherchais ? »

Harry hocha la tête et sembla hésiter lui aussi, avant de jeter un coup d'œil vers Mason qui, comme par hasard, se trouvait non loin de là, à ranger des magazines de photo que Colin avait classé même pas une heure plus tôt.

« Tu peux prendre ta pause, Colin. »

Parfois, Colin s'offusquait de son envahissant patron, parfois non. À ce moment précis, il n'arrivait pas vraiment à se décider. De toute façon, il était plus préoccupé par la main d'Harry sur son coude, le guidant gentiment vers la sortie. La clochette tinta pour les saluer.

Ils s'installèrent dans un parc un peu plus loin, avec trois canards frileux et un chien errant qui courait après des pigeons inexistants. Il faisait bon mais gris. Harry remontait ses lunettes toutes les cinq secondes chrono et Colin avait l'impression d'être sur vibreur, tellement il était nerveux.

« C'est joli, ici.
— Oui. Encore plus quand il fait beau.
— J'imagine. »

C'était complètement horrible. Il ne s'était pas senti aussi gêné depuis très longtemps et pourtant il avait une grande habitude des situations gênantes, généralement liées à sa propension à mettre les pieds dans le plat. Harry avait une grimace douloureuse sur le visage et Colin se sentit obligé de l'aider.

« Qu'est-ce que je peux faire pour toi, Harry ?
— Rien. Je ne te cherchais pas pour te demander quelque chose. Je voulais juste... te voir. Qu'est-ce que tu deviens ?
— Tu as vu, répondit Colin avec un haussement d'épaules gêné. Je travaille dans une boutique de photographe et je vis toujours chez mes parents. Rien de bien passionnant. Et toi ? »

Autant couper au plus vite court à l'étalage peu glorieux de sa vie.

« Oh, moi, je... Je travaille au Ministère, je suis Auror. J'ai une maison à Londres et Ron et Hermione m'ont offert un chien pour me tenir compagnie, récemment, expliqua Harry avec un sourire nuancé d'un brin d'autodérision.
— Quelle race ? demanda Colin, qui aimait toujours autant les chiens et rêvait d'en avoir un.
— Un épagneul. Une vraie terreur, mais j'ai un jardin, heureusement.
— Comment il s'appelle ?
— Todd. C'est mon filleul qui l'a appelé comme ça.
— C'est rigolo, comme nom.
— Oui. »

Et là, ils risquaient à tout moment de se remettre à parler de la pluie et du beau temps, ce que Colin préférait éviter parce qu'il savait qu'il risquait d'être intarissable sur le sujet, ce qui était très gênant.

« Je voulais venir te voir plus tôt, reprit soudain Harry à mi-voix. Mais je me suis dit que tu préférais peut-être tirer un trait sur... Enfin, tu sais, après ce qui est arrivé à Dennis. »

Colin hocha muettement la tête.

« Mais je... Je voulais être sûr que tu allais bien, enfin, aussi bien que possible. Je suis désolé de n'avoir pas pris de tes nouvelles après la guerre, je...
— Harry, coupa Colin qui était très près de craquer et de se jeter dans ses bras pour lui pleurnicher sur la chemise. Tu n'as pas à t'excuser, tu sais. Avec ce que tu as fait, la bataille et tout le reste, je n'ai pas le droit de te reprocher d'avoir pensé à toi d'abord.
— Tu n'as pas changé... Toujours à me trouver des excuses, sourit-il.
— Ce ne sont pas des excuses ! Tu as vaincu Tu-sais-Qu... Voldemort et tout le monde sait ce que ça t'a coûté. Rien que ça, ça mérite au moins une vie entière de vacances ! »

Harry secoua négativement la tête et se tourna un peu plus vers lui.

« Ce n'était pas que je voulais avoir des vacances, Colin. C'est juste que... hésita-t-il, se mordant la lèvre. Je me sentais coupable... pour Dennis.
— Pourquoi ? Tu n'as rien fait, objecta le petit blond avant de risquer un sourire. Tu aurais dû venir, on aurait échangé des trucs pour lutter contre la culpabilité. »

Il y avait comme du soulagement dans le rire d'Harry et Colin se sentit se détendre un peu. Rien qu'un peu, c'était toujours Harry quand même.

« Est-ce que tu as des nouvelles des autres ? demanda ensuite le blond après un instant d'hésitation.
— Oui, aquiesça Harry. Enfin, un peu. Ca n'a été facile pour personne...
— Lavande ? demanda-t-il d'une petite voix.
— Elle va bien. Elle est mariée et elle a une adorable petite fille. »

Colin ressentit comme un pincement au cœur, mais il n'avait pas le droit de se plaindre. Si elle était heureuse, c'était bien tout ce qui comptait. Et si elle lui manquait, et bien... c'était sa faute à lui pour ne pas avoir réussi à être assez fort, assez grand et assez intelligent pour la garder. Il jeta un coup d'œil à Harry, qui le dévisageait, visiblement pour jauger sa réaction. Comment avait-il pu aimer Lavande et Harry, espérer les garder tous les deux ?

« Je suis content pour elle, souffla-t-il, et c'était vrai. Elle me manque.
— Tu lui manques aussi. On parle de toi, parfois.
— Génial, grimaça Colin. Mes deux... ex, si on peut dire, qui discutent de moi.
— Pourquoi "si on peut dire" ?
— Parce que toi et moi... On était pas vraiment... Enfin, si, mais non, tu vois ? »

Harry rit doucement et hocha la tête.

« C'était compliqué, résuma-t-il avec talent.
— Voilà. »

Colin se tortilla un peu sur le banc. Jouant du bout du pied avec un caillou, il se mordit la lèvre, fit la moue plusieurs fois sous les yeux amusés d'Harry, qui finit néanmoins par mettre fin à son calvaire en reprenant la parole.

« Je me disais que quand je t'aurais retrouvé... Colin, je comprends très bien que tu veuilles tourner la page, passer définitivement à autre chose, hésita Harry en se mordant la lèvre. Mais j'espérais... que ce serait peut-être moins compliqué maintenant. »

Il fallut plusieurs secondes à Colin pour comprendre le sens de la phrase. Les mots semblaient avoir pris un sens particulièrement obscur, étouffé par les battements soudain presque affolés de son cœur. Avait-il bien entendu ? Avait-il rêvé ? Il s'était peut-être fait tomber un carton de pellicules sur la tête au magasin et il délirait, à moitié inconscient... Ce ne serait pas la première fois, après tout. Harry, lui proposant de réessayer, ça tenait soit du délire soit de la folie profonde. Pourtant, il était là et il avait cette petite grimace mal assurée que Colin connaissait si bien. Il se sentit sourire inconsciemment. Quelle importance, s'il rêvait, après tout ? Peut-être que c'était Harry qui rêvait, pas lui. Peut-être qu'il était dans le coma depuis qu'il avait vaincu Voldemort. Peut-être que Colin lui-même était mort, qui pouvait dire ? Ou peut-être qu'il ne rêvait pas...

Il avait fui, il avait essayé d'oublier, mais ça n'avait pas marché. Ce n'était pas tant que le passé l'avait rattrapé. C'était plutôt qu'il avait couru en regardant derrière lui, comme s'il attendait que quelqu'un le rejoigne.
Il s'humecta les lèvres et répondit à Harry.

« Ca ne va pas forcément être moins compliqué, tu sais. C'est de moi qu'on parle.
— Je sais, Colin. Je ne t'ai pas oublié. »

C'était la seule réponse qu'il voulait entendre, la seule qui pouvait le satisfaire. Alors il prit la main d'Harry dans la sienne, le cœur battant comme il y a plusieurs années, près d'une fontaine, une écharpe au cou et le nez glacé par la neige. Ce n'était pas bien différent d'à l'époque. Il se surprit à penser que ça irait. Les doigts d'Harry se refermèrent sur les siens.

FIN.

Date: 2009-05-10 05:26 pm (UTC)
From: [identity profile] miyuse.livejournal.com
Aaaaaaaaaaah.
Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah.

Oh mon dieu, ça faisait longtemps ! Une fic basée sur brèves ! (Oh mon dieu, tu as mentionnée Lavande. Iiih. Iiiihhh !!)

Herm.
C'était très bien écrit (comme toujours) et la fin est absolument adorable. Surtout cette ligne là : "Je sais, Colin. Je ne t'ai pas oublié."
:D

Date: 2009-05-10 09:56 pm (UTC)
From: [identity profile] para-nightwish.livejournal.com
J'ai compris quand même, enfin l'essentiel =)

Profile

Dear Words

December 2011

S M T W T F S
    123
45678910
11121314151617
18192021 222324
25262728293031

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 27th, 2017 06:50 pm
Powered by Dreamwidth Studios